La fabrication d’une crise : la rhétorique anti-immigrée de Donald Trump



 

 


 

Depuis longtemps,  le président Trump a construit une rhétorique bien huilée sur la menace et le danger permanent des « étrangers illégaux et criminels ».Si tous les présidents américains depuis Bill Clinton dans les années 90ont parlé du problème des immigrés illégaux, aucun n’a à ce point dramatisé la situation

 




Il n’y a rien de plus efficace que des chiffres pour faire peur, et convaincre un auditoire, qu’une situation est « objectivement critique ». C’est ce que fait Donald Trump ici en déclarant, notamment dans son discours sur l’état de l’Union :

« Les agents de contrôle de l’Immigration et des Douanes (ICE) ont arrêté 266 000 criminels étrangers, dont 10 000 accusés ou condamnés pour voie de fait, 30 000 pour crime sexuel et 4 000 pour homicide ou assassinat ».

Donald Trump cite ici des chiffres qu’il a utilisés dans son discours sur l’immigration, le 8 janvier 2019, et twitté le 13 janvier suivant. Comme le note le Washington Post le problème est que ces chiffres sont approximatifs, voir trompeurs. Ils comprennent, par exemple, les « infractions sérieuses et non violentes ». Et les totaux incluent « tous types d’infraction, y compris l’entrée (ou la réentrée) illégale sur le territoire ».

Même le cœur de l’argument – les immigrés illégaux commettent plus de crimes – est contredit par plusieurs études universitaires indépendantes : celles-ci concluent que l’immigration illégale n’augmente pas la taux de criminalité (y compris pour les crimes de sang, l’utilisation de drogues illicites) et que les sans-papiers sont en réalité moins susceptibles d’enfreindre la loi.

La suite ici : La fabrication d’une crise : déconstruire la rhétorique anti-immigrée de Donald Trump

22.02.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.