La fin de l’Aquarius, ou la résignation politique face aux semeurs de haine





Sous la pression d’une montée des populismes, les Etats européens ont fait le choix de réprimer des innocents épuisés par l’affliction, dans l’espoir cynique et stérile de les dissuader de fuir. Car au-delà d’une politique intérieure insultante envers les immigrés, les Etats européens tentent de contenir des dizaines de milliers de personnes en Libye, loin des médias et des défenseurs des droits humains.



Quelle fierté pourrons-nous tirer des récits que nous ferons à nos enfants en évoquant l’Aquarius ? Comment expliquerons-nous sans honte les incessantes pressions subies par cette mission avant qu’elle ne capitule de force, laissant sous l’écume de son sillage des mains sans vie figées en direction de l’Europe ? L’Histoire reconnaîtra les vainqueurs et les combats qu’ils auront menés contre l’injustice. Aujourd’hui, nous semblons vaincus, battus par une inquiétude rampante qu’avivent sans gêne quelques semeurs de haine.

Mais le sommes-nous vraiment ? SOS MÉDITERRANÉE continuera de défendre les valeurs de solidarité qui l’ont fondée, puisque l’organisation qui affrétait l’Aquarius entend remobiliser des ressources pour sauvegarder la vie humaine en mer. De son côté, notre société ne devrait-elle pas se refonder autour de ces mêmes valeurs, sans lesquelles les défis de demain risquent d’être insurmontables ?

Les migrants sont condamnés à périr dans des prisons d’esclaves et de torture, là où la survie est plus douloureuse que la mort, là où seule la fuite par la mer sauverait leur dignité, quitte à ce qu’ils se noient dans le sang salé de ceux qui les ont précédés.

La suite ici : Réfugiés en Méditerranée : La fin de l’Aquarius, ou la résignation politique face aux semeurs de haine

2.03.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.