La guerre du futur est déjà sur les champs de bataille



 

L’intelligence artificielle est déjà omniprésente sur les théâtres d’opération. Conjuguée à la robotique, elle peut engendrer les fameux robots tueurs. Comment faire en sorte que la responsabilité humaine demeure la règle ?

 

 


Qui n’a jamais vu un des films de la célèbre saga Terminator des années 1980, où le système « intelligent » Skynet déclenche l’apocalypse nucléaire ? Bienvenue dans la réalité, car l’humanité y est ou presque. Technologiquement, la première génération de robots tueurs, appelés Sala (Systèmes d’armes létaux autonomes), est testée en secret dans certaines armées… et est même parfois déjà en service. Ainsi, la Corée du Sud « emploie » depuis maintenant trois ans plusieurs robots tueurs (SGR-A1), bardés de capteurs, le long de la zone démilitarisée qui la sépare de la Corée du Nord. Développés par Samsung, ces engins prennent seuls la décision d’enclencher leurs armes pour protéger la frontière sud-coréenne.

Pour autant, sauf rupture technologique majeure, les armes totalement autonomes ne devraient pas voir le jour avant 20 à 30 ans, estime pour sa part le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) dans son ouvrage « Chocs futurs« . Les États-Unis, qui consacrent environ 5 milliards de dollars chaque année à des systèmes de drones dans leur budget de la défense, en sont pourtant proches.

La suite ici  : La guerre du futur est déjà sur les champs de bataille

10.05.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.