La maladie infectieuse idéologique de l’Amérique 




Certes, la Corée du Sud est un des pays les plus avancés du monde (quoique nombre de Coréens rejetteraient pudiquement de tels éloges). Mais on peut en dire autant des États-Unis. Pourquoi donc les États-Unis ont-ils réagi à la pandémie avec un tel retard ?


On peut donner à cette question une réponse rapide : les États-Unis ont un président incapable d’exercer ses fonctions, en raison tant de son inaptitude intellectuelle que de son caractère. Voici quelques années qu’une majorité d’Américains sont parvenus à la même conclusion. Si les tendances actuelles se maintiennent dans l’opinion publique, Donald Trump s’apprête à perdre les élections qui auront lieu au mois de novembre, pour être remplacé par son exact opposé, le probable candidat du parti démocrate à la présidence, Joe Biden.

Si cela se produit, beaucoup d’Américains acclameront le retour de leur pays à la dignité et à la décence. Comme le fait souvent remarquer Biden : « La personnalité est sur le bulletin de vote. » Mais le départ de Trump ne mettra pas nécessairement fin au malaise politique de l’Amérique, en proie à un tribalisme idéologique envahissant – Trump lui-même n’est qu’un véhicule, certes important, de la maladie. Comme le sait n’importe quel observateur de la vie politique aux États-Unis, le pays est profondément divisé par « l’esprit de parti », chacun des deux partis trouvant plus de motivation dans son opposition à l’autre que dans la défense de ses propres idées.

Mais l’un des deux camps, le parti républicain de Trump, mêle à cet antagonisme une profonde suspicion envers l’expertise et la gouvernance en général. Si ce rejet des élites est antérieur à Trump, celui-ci ne l’attise pas moins avidement pour son propre bénéfice politique. Sa troublante visite au Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ainsi que ses conférences de presse du 13 et du 14 mars ont démontré qu’il se souciait plus de la Bourse que de la santé des gens.

La suite ici : La maladie infectieuse idéologique de l’Amérique | by Christopher R. Hill

29.03.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.