La mère de toutes les batailles



 




 

Entre la Chine et les États-Unis s’est instaurée une nouvelle version de la guerre froide de notre époque, dépoussiérant au passage un vieil adage : la guerre commerciale est la continuation de la guerre par d’autres moyens quand elle est impraticable sous sa forme militaire.



 

La guerre de la monnaie n’étant pas à portée des belligérants dans un domaine où leurs intérêts sont trop imbriqués, où atteindre l’autre implique d’en subir les effets immédiats en retour, il ne reste de disponible dans la palette des conflits que la guerre commerciale, une fois l’affrontement armé exclu. En l’occurrence, elle se combine avec une faible croissance et une crise financière larvée, les États-Unis ne faisant comme il est largement prédit que provisoirement exception question croissance. Au final, la crise fait un nouveau pas dans sa globalisation.

La partie, qui s’annonce longue, oppose ses acteurs dans une compétition qui domine désormais le paysage : qui de la Chine ou des États-Unis sera demain la première puissance mondiale ? La maitrise chinoise de la production de la totalité des constituants nécessaires aux applications des nouvelles technologies en est l’enjeu concret. La question sera tranchée lorsqu’elle produira en toute indépendance la gamme complète des nouveaux produits pour les commercialiser sans entraves. Rien ne pourra alors l’empêcher de prendre la tête de manière irrésistible dans cette partie que l’on pourrait qualifier de mère de toutes les batailles.

La suite ici : https://décodages.com/2019/06/03/la-mere-de-toutes-les-batailles/

4.06.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.