«La philanthropie, c’est aussi un exercice de pouvoir»


philanthropie

 

Faire un don favoriserait-il les riches ? C’est la thèse polémique du chercheur américain Rob Reich qui démontre que le système de dons aux Etats-Unis, mais aussi en France, exacerbe les inégalités au lieu de les réduire. Il remet en cause les avantages fiscaux accordés aux donateurs et aux fondations privées. « Je suis convaincu que la philanthropie est une forme et un exercice de pouvoir. Il est nécessaire et urgent de l’analyser car le nombre de fondations privées a explosé ces vingt dernières années, aux Etats-Unis et en France, et elles ont un poids réel sur nos politiques publiques. »

 

 


Aux Etats-Unis, l’empreinte des philanthropes est visible au quotidien : leurs noms apparaissent inscrits sur le fronton des bibliothèques, imprimés par ordre de montant de donation dans les programmes de spectacles, gravés sur les bancs publics, égrenés sur les panneaux d’affichage des écoles et jusque dans les CV des étudiants boursiers. La philanthropie n’est pas seulement une affaire de magnats mais une pratique populaire : 90 % des foyers américains font don d’argent à des œuvres de bienfaisance, et le total des donations privées s’élève à 2 % du PIB – contre 0,2 % en France.

L’élan philanthropique dispose même d’une journée nationale, le Giving Tuesday (le 27 novembre), mis en place pour compenser la folie consumériste du Black Friday. C’est cette date symbolique que le chercheur américain Rob Reich a choisie pour publier un ouvrage provocateur qualifiant la philanthropie à l’Américaine d’«indéfendable». Dans son nouvel opus Just Giving (1), ce professeur de sciences politiques de l’université Stanford montre que la politique publique américaine fait du don philanthropique un mécanisme de subvention des préférences des riches au détriment de celles des pauvres, mettant en danger la démocratie elle-même. Il puise dans l’histoire, la philosophie politique et l’économie pour proposer une vision rédemptrice de la philanthropie, construite sur les principes de décentralisation du pouvoir et d’expérimentation.

La suite ici :https://www.liberation.fr/debats/2019/01/25/rob-reich-la-philanthropie-n-est-pas-toujours-l-amie-de-l-egalite-c-est-aussi-un-exercice-de-pouvoir_1705368

29.01.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.