La reconquête des données passera par les villes


reconquête

 

Andrea Nahles, chef de file du SPD, écrit dans Handelsblatt, quotidien allemand spécialisé dans l’économie, qu’il faudrait contraindre les grands groupes à partager leurs données avec le reste de la société, afin de ne pas entraver le progrès social. L’article compare les géants de la technologie aux géants pharmaceutiques qui, légalement, ne peuvent pas jouir de droits exclusifs indéfinis sur la propriété intellectuelle.

 

 


En dépit de sa prétendue complexité, notre avenir numérique repose sur une logique fondatrice très claire, à savoir l’interaction de deux dynamiques conflictuelles : d’une part celle de l’extraction des données, alimentée principalement par le besoin des géants de la technologie en nouvelles sources de données, et d’autre part la distribution des données, promue par tous ceux qui s’opposent à l’ascension rapide de ces grands groupes qu’on surnomme les Big Techs

Le Wall Street Journal a récemment fourni un exemple de la première dynamique citée en révélant les efforts de Facebook pour persuader les banques de leur communiquer des données sur leurs clients, notamment leurs relevés de compte et leurs paiements par carte (Facebook se défend de rechercher «activement» ces informations).

Ce faisant, le réseau social veut que ses services apprennent à accomplir des tâches aussi routinières que contacter le service client d’une banque ou réaliser des paiements. Plus on reste longtemps sur le site pour accéder à nos données, plus il en accumule. Sur Facebook, tous les chemins mènent à l’extraction des données.

La suite ici  :La reconquête des données passera par les villes

28.08.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.