La refédéralisation fait son coming-out 


refédéralisation

 

Une autre explication pour le soutien croissant pour la refédéralisation tient tout simplement dans le fait qu’après six réformes de l’Etat, un bilan peut être tiré. Et il est souvent dégrisant. La culture politique flamande est une copie conforme de la culture politique belge. Et on ne peut que constater que la Belgique est un petit territoire densément peuplé où les frontières régionales ne font pas disparaître les interactions socio-économiques, en particulier à Bruxelles.

 

 


Comme il était prévisible autrefois, le débat public flamand sur la réforme de l’Etat ! Certes, les politiques divergeaient sur le nombre et la nature des compétences à transférer et sur le caractère plus ou moins prioritaire de la chose mais il y avait un tabou intangible : le transfert de compétences devait toujours se faire de la Belgique à la Flandre et jamais en sens inverse.

Il arrivait pourtant que certains politiques flamands se laissent aller à me confier en off que la régionalisation avait été poussée trop loin dans certains domaines. Mais ils étaient conscients que ce message n’était pas de bon ton et tétanisés à l’idée de se faire traiter de Belgicains par les nationalistes flamands.

C’est seulement lors des premières négociations pour la sixième réforme de l’Etat que l’idée de refédéralisation était modestement venue à la surface et que, début 2008, Guy Verhofstadt en avait fait mention dans sa note au Roi. Mais les choses en sont restées là. Le débat communautaire était dominé par une idéologie nationaliste dictant que le transfert de compétences ne pouvait se faire que dans une seule direction. La réforme de l’Etat était en fait la formation de nouveaux Etats. Refédéraliser, c’était politiquement incorrect.

Mais l’année dernière, le mot s’est soudain invité dans le lexique politique pour ne plus en sortir. Tout a commencé en janvier, lorsque votre serviteur a présenté, avec deux confrères de l’UCL, Min Reuchamps et Jérémy Dodeigne, les résultats d’une étude qui nous avaient nous-mêmes quelque peu étonnés.

La suite ici  :La refédéralisation fait son coming-out (OPINION)

5.08.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.