L’action citoyenne en justice, dernier espoir pour le climat ?


action

 

 

 

La justice a condamné à l’action le gouvernement néerlandais et donné raison aux citoyens défenseurs du climat. Une bonne nouvelle pour ceux qui tentent de préserver l’avenir. Mais la justice à elle seule peut-elle être un levier suffisant pour ranimer l’espoir ?

 


L’Etat néerlandais a agi « illégalement et en violation du devoir de diligence » dans la lutte contre le réchauffement climatique. C’est ce qu’a énergiquement confirmé en appel la cour de La Haye le 9 octobre, donnant raison à l’ONG Urgenda qui avait porté plainte contre l’Etat de son pays et déjà obtenu gain de cause en 2015 en première instance.

Le gouvernement néerlandais est ainsi sommé – sans qu’une sanction n’ait pour autant été prononcée à son encontre – de faire baisser ses émissions de CO2 d’au moins 25 % par rapport au niveau qu’elles avaient atteint en 1990. Le chemin sera rude puisque les Pays-Bas n’avaient en 2017 diminué leurs émissions que de 13 % par rapport à 1990. Mais le gouvernement a fait savoir qu’il ne contesterait pas la décision de la justice et ferait tout pour s’y conformer.

Cette victoire juridique sonne comme un message d’espoir pour les ONG écolos qui pressent les gouvernement d’agir, alors que le dernier rapport du Giec publié le 8 octobre soulignait la nécessité de réaliser des efforts « sans précédent » pour limiter les effets catastrophiques du réchauffement climatique. « Le message est désormais clair : les Etats doivent agir. Leur inaction n’est pas seulement dangereuse et inconsciente, elle est également illégale », s’est réjoui Marie Toussaint, présidente de l’ONG Notre affaire à tous, dans un communiqué.

La suite ici :L’action citoyenne en justice, dernier espoir pour le climat ?

15.10.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.