La galère sans fin des laissés-pour-compte du miracle économique allemand


laissés-pour-compte

Le nombre de « minijobs » a explosé au cours des dernières années. Il dépasse aujourd’hui les 7 millions. Le plus gros contingent est représenté par les femmes (4 millions). Les retraités sont environ 1 million à chercher un complément de revenu, tandis que les jeunes âgés de moins de 20 ans sont quelque 500.000.


Le 24 septembre, l’Allemagne vote pour renouveler les 630 sièges de son parlement, le Bundestag. À quelques jours du scrutin, slate.fr plonge dans le quotidien d’une société souvent érigée en modèle dans les autres pays européens. Après être allé à la rencontre de ces réfugiés accueillis par les Allemands depuis près de deux ans, place aux laissés-pour-compte de la croissance allemande.

« L’Allemagne où il fait bon vivre! », ce n’est pas pour eux. Rencontrés à la fête de Schwalmstadt-Treysa, un village du nord de la Hesse, entre gargotes de saucisses et stands des partis politiques qui jettent leurs derniers feux avant les élections au Bundestag du 24 septembre, Martin et Carstens contestent le slogan de campagne d’Angela Merkel. Le premier vit d’un « minijob », le second est un « Hartz IV ». Hartz IV est devenu une sorte de nom commun qui désigne les chômeurs en fin de droits recevant une allocation sans rapport avec leur salaire précédent.
La suite ici : La galère sans fin des laissés-pour-compte du miracle économique allemand | Slate.fr

22.09.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.