L’Amérique de Trump ferme ses portes à toute forme d’immigration




Avec la multiplication des règles, immigrer aux États-Unis devient quasiment impossible.


Donald Trump a signé un décret présidentiel visant à limiter l’immigration aux États-Unis jusqu’à la fin de l’année 2020. Cette fois, sa cible inclut les personnes éligibles aux visas H-1B –des professionnels très diplômés qui travaillent souvent dans le domaine des mathématiques, de l’ingénierie, des nouvelles technologies ou de la médecine et qui pallient des manques critiques sur le marché du travail américain.

Le texte prolonge l’interdiction de délivrance de cartes vertes hors des États-Unis et interdit l’entrée aux cadres étrangers employés par des entreprises américaines opérant dans d’autres pays, au personnel saisonnier du secteur de l’hôtellerie, aux jeunes filles au pair et aux étudiant·es inscrit·es dans des programmes de travail/études pour l’été. Avec ce décret, le message du président est clair: l’Amérique est fermée.

Jamais les frontières des États-Unis n’ont été aussi étanches. Le prétexte de Donald Trump, qui invoque un mythe nativiste selon lequel les immigrants volent les emplois des citoyens, est la protection de la main-d’œuvre américaine. Or la prospérité économique et les prouesses technologiques des États-Unis dépendent de leur aptitude à y attirer les meilleurs talents du monde.

Cette démarche, qui survient juste après une défaite infligée par la Cour suprême à l’administration Trump dans le cas du programme Deferred Action for Childhood Arrivals [DACA, un programme lancé par Obama qui protège les enfants d’immigrants arrivés très jeunes aux États-Unis, que le gouvernement a tenté d’annuler pour les renvoyer dans leurs pays d’origine], ne peut qu’être interprétée que comme une expression de xénophobie.

La suite ici :L’Amérique de Trump ferme ses portes à toute forme d’immigration

10.07.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.