«L’appel des pauvres et des précaires face au coronavirus»




« Nous avons besoin de vous entendre, vous, nos gouvernants, sur notre petite condition, nous avons besoin de savoir qu’on peut compter sur vous. Nous demandons juste votre attention comme vous la portez déjà légitimement pour les indépendants, les PME, les entreprises, etc. Ou nous aviez-vous tellement oubliés dans notre misère que vous ne nous voyez plus durant cette crise sanitaire ? »


Nous comprenons et appliquons la consigne. Il faut rester chez soi. Mais notre 35 m² peine à accueillir les 6 personnes qui y vivent. Nous entendons les inquiétudes, légitimes, exprimées par les indépendants, les PME, les entreprises, et nous observons les premières réponses données par nos gouvernants, notamment en termes de budgets exceptionnels de soutien. Tout cela est aussi légitime que pertinent. Mais nous voudrions ne pas être oubliés cette fois-ci encore. Nous, les personnes âgées isolées, nous, les femmes qui subissons déjà de la violence conjugale même lorsque notre homme vit dehors, nous les détenus, nous les clients des banques alimentaires, nous les demandeurs d’asile, et nous, tous les ménages précaires et les familles monoparentales à 80 % assumées par nous, les femmes, nous, qui n’avons ni jardin ni salle de jeu pour les enfants dans notre maison.

Macron a déclaré la guerre sanitaire. Il l’a fait au nom de l’Europe et pas uniquement au nom de la France. Cela nous fait peur. Parce toutes les guerres ont toujours été payées par les classes populaires. Nous avons peur de devoir payer cette nouvelle guerre. Nos emplois sont précaires. Certains d’entre nous, comme les intérimaires, les travailleurs non déclarés par leurs patrons, certains intermittents du spectacle, avons des contrats d’un jour ou d’une semaine. Ce qui veut dire aujourd’hui « plus de contrat du tout ». Reconnaîtra-t-on aussi ce manque à gagner économique ? Nous parvenions à peine à maintenir la tête hors de l’eau. Allez-vous nous laisser nous noyer ? Lorsque notre Première ministre dit « prenez soin de vous et des autres », sommes-nous concernés ?

La suite ici :Carte blanche: «L’appel des pauvres et des précaires face au coronavirus»

21.03.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.