Le bilan actuel de la stratégie suédoise? Beaucoup de morts pour un gain économique ‘marginal’




Malgré des mesures de restriction bien plus légères – et controversées – que dans la plupart des autres pays pour lutter contre la pandémie de covid-19, l’économie suédoise souffre. Le pays se dirige même vers la pire récession de son histoire depuis la Seconde Guerre mondiale.


Pour faire face à la pandémie, bon nombre de pays et la plupart des nations européennes ont fini par mettre en place, plus ou moins rapidement, des mesures de confinement assez strictes… Mais pas la Suède. Là-bas, les écoles, les restaurants ou les magasins n’ont à aucun moment fermé leurs portes, les autorités comptant simplement sur les citoyens pour suivre les directives de distanciation sociale et d’hygiène afin de ralentir la propagation du virus.

L’idée derrière cette stratégie était que, dans la mesure où le virus était de toute manière inarrêtable, mieux valait le laisser se répandre dans la population et ainsi atteindre plus rapidement l’immunité de groupe, censée permettre de venir à bout de l’épidémie. En prime, une telle approche avait l’avantage d’être beaucoup moins dommageable pour l’économie qu’une politique de verrouillage stricte, du moins en théorie.

Car mardi, la ministre suédoise des Finances, Magdalena Andersson, a déclaré que la plus grande économie de Scandinavie allait tout de même se contracter de 7% cette année, rapporte l’agence Bloomberg. Dans la foulée, le bureau de la dette a révélé un pic historique 30 fois supérieur à la normale des emprunts pour couvrir les dépenses d’urgence, le tout sur fond de pertes d’emploi record. Par ailleurs, 40% des entreprises suédoises actives dans les services craindraient désormais la faillite, selon une récente enquête dont Bloomberg se fait également l’écho.

La suite : Le bilan actuel de la stratégie suédoise? Beaucoup de morts pour un gain économique ‘marginal’ – Business AM

22.05.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.