Le Cachemire proie du nationalisme indien






En décidant de révoquer le statut d’autonomie de l’Etat de Jammu-et-Cachemire, Narendra Modi, le premier ministre indien, crée des tensions sur l’un des points les plus chauds du globe.



En révoquant le statut d’autonomie du Cachemire indien, l’Etat de Jammu-et-Cachemire, l’Inde assume un risque majeur. Ce premier acte du deuxième mandat du premier ministre indien annonce la couleur : Narendra Modi et son ministre de l’intérieur et bras droit, Amit Shah, entendent donner un coup d’accélérateur au programme nationaliste du Bharatiya Janata Party ou BJP (Parti du peuple indien), qui a remporté haut la main les élections en mai.

En abrogeant l’article 370 de la Constitution indienne, qui donnait un pouvoir accru au gouvernement de cet Etat à majorité musulmane depuis la partition de l’Inde il y a soixante-dix ans, le gouvernement indien remplit une promesse de campagne. MM. Shah et Modi entendent corriger « une gaffe historique », selon laquelle cette autonomie n’aurait jamais dû être accordée. Le Jammu-et-Cachemire va devenir un territoire de l’Union, sous le contrôle direct de New Delhi – comme il l’était temporairement depuis juin 2018, le premier gouvernement Modi ayant rompu avec son partenaire local de coalition.

La suite ici : Le Cachemire proie du nationalisme indien

7.08.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.