Le coronavirus et le basculement du monde



 

 


Cette épidémie est un avertissement, un autre, qui devrait amener nos sociétés, nos dirigeants, nous-mêmes, à prendre enfin conscience des risques de la « marche folle» dans laquelle nous sommes tous engagés, entre globalisation écervelée et nationalismes exacerbés. Un constat s’impose : nous sommes « un seul monde » et celui-ci doit être impérativement et sérieusement régulé. Ce qui se passe loin de chez nous, « chez les autres », nous concerne.

 

 


Mal gérée, cette crise pourrait provoquer un séisme démocratique et contribuer à écailler encore davantage la mince pellicule de civilisation qui recouvre nos sociétés. Le risque est d’autant plus grand que le Covid-19 se répand alors que le monde est déjà au bord de la crise de nerfs et qu’il apparait encore moins bien préparé à ce boomerang de la globalisation qu’en 2008, lors de la crise financière. « Au cours de cette dernière décennie, le monde est devenu plus autoritaire, nationaliste, xénophobe, unilatéraliste, anti-establishment et anti-science », constatent sombrement Thomas Wright, de la Brookings Institution, et Kurt Campbell, ex-secrétaire d’Etat adjoint de Barack Obama.

Bien plus encore que l’urgence climatique, car plus concrète, plus personnelle et plus immédiate, « cette épidémie pourrait être le premier test du mode de vie du 21è siècle, mettant à nu la fragilité cachée d’un système qui a longtemps semblé transparent », écrit Charlie Warzel dans le New York Times. Les questions fusent sur ce que l’on ne voulait pas vraiment voir: la dépendance excessive des économies européennes par rapport à la Chine; les liens potentiels entre les nouvelles épidémies et l’urgence climatique et environnementale; les défaillances des institutions de santé dans des Etats fragilisés; les faiblesses des systèmes de sécurité sociale qui, dans de nombreux pays, (dont les Etats-Unis, comme le note Elie Mystal dans The Nation), risquent d’aggraver l’impact de l’épidémie et d’exacerber les tensions sociales en raison des inégalités dans l’accès aux soins.

La suite ici :Le coronavirus et le basculement du monde

19.03.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.