Le Covid-19, une maladie de pauvres




Que ce soit aux Etats-Unis ou en Seine-Saint-Denis, les premières victimes de la pandémie de coronavirus sont les plus démunies. Agissant tel un révélateur, le virus s’est introduit dans les failles de notre société… et les a soulignées.


On le pressentait depuis le début, c’est désormais une évidence. Cette pandémie, qui s’est abattue en Chine puis sur les pays les plus riches de la planète, est d’abord et surtout une maladie de pauvres. Après le personnel soignant, en première ligne, ce sont en effet les sans-grade, les caissières, les éboueurs, les aides à domicile, les femmes de ménage, les livreurs, tous les invisibles, les précaires, ceux dont les conditions de vie sont les plus difficiles, qui vont payer le plus lourd tribut au virus.

Soudain devenus essentiels, ces « premiers de corvée » sont aussi les plus exposés. A plusieurs titres. D’abord parce que les métiers qu’ils exercent, en contact direct avec les autres, les mettent forcément en risque. Pour eux, pas de télétravail possible. Entre la peur d’être infectés et celle de se retrouver sans revenu, entre le Covid et la misère, le choix est vite fait… Actifs ou non, ils sont pour la plupart contraints de s’entasser dans des logements exigus, où la promiscuité favorise la contagion.

Enfin, dans un pays où l’écart d’espérance de vie entre les 5 % les plus riches et les 5 % les plus pauvres est de 13 ans – l’un des plus élevés d’Europe –, ce sont eux, aussi, qui ont le plus de probabilité de développer diabète, hypertension artérielle, surpoids, autant de facteurs aggravants du Covid-19. On le sait désormais : en cas de contamination, l’obésité, ce problème sanitaire majeur dont les plus défavorisés, condamnés à la malbouffe, sont aujourd’hui les principales victimes, fait exploser le risque de subir une intubation. 83 % des malades admis en réanimation sont en surpoids ou obèses. Terrible constat. Agissant tel un révélateur, le virus s’est introduit dans les failles de notre société… et les a soulignées.

La suite ici : Le Covid-19, une maladie de pauvres

18.04.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.