Ce n’est que le début, par François Leclerc



Hier les avant-gardes étaient considérées comme étant la clé, aujourd’hui c’est le programme qui lie les luttes d’aujourd’hui à la société de demain qui en joue le rôle, rendant cette dernière crédible.


La victoire éclatante du Mouvement des 5 étoiles aux élections municipales de Rome et de Turin confirme ce que les sondages annoncent en Espagne : de nouveaux mouvements anti-système et des configurations politiques inattendues prennent le pas sur les partis de gouvernement en Europe. Ce qui n’est pas sans rappeler la victoire de Syriza en Grèce, ainsi que celle du Parti socialiste appuyé par le parti communiste et le Bloc de gauche au Portugal, que l’on peut ranger dans la même famille.

En Italie, le Mouvement des 5 étoiles l’a emporté avec des marges plus fortes que prévues, après avoir bénéficié des voix d’électeurs de tous horizons opposés au parti démocrate de Matteo Renzi. Cela accrédite l’hypothèse que ce dernier pourrait à l’automne perdre son referendum portant sur des réformes constitutionnelles, auquel cas il a annoncé qu’il démissionnerait. En Espagne, l’alliance de Podemos et de la Gauche unie devance nettement le PSOE et s’affirme dans les sondages comme la première force d’opposition au parti populaire toujours dirigé par Mariano Rajoy, à l’occasion des législatives du 26 juin, sans toutefois obtenir une majorité gouvernementale. L’ancien système est rejeté sans qu’un nouveau s’impose.

La suite ici : CE N’EST QUE LE DÉBUT, par François Leclerc – Blog de Paul Jorion

21 06 16

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.