Le docteur Li Wenliang, martyr du coronavirus qui ébranle le système chinois



 


Début janvier, il avait alerté sur les dangers du virus. D’abord interpellé puis infecté, il est mort à 34 ans, devenant le symbole d’un système défaillant.


La lutte contre le coronavirus a désormais son martyr : le docteur Li Wenliang, officiellement décédé le vendredi 7 février dans un hôpital de Wuhan. Agé de 34 ans, ce médecin chinois de l’hôpital central de la principale ville du Hubei avait été interpellé par la police le 1er janvier pour « propagation de fausses rumeurs ». Deux jours plus tôt, il avait alerté ses collègues sur un forum de discussion en ligne quant aux dangers de ce nouveau virus, comparables, selon lui, à ceux du SRAS. Très relatée par les médias officiels, cette arrestation ainsi que celle de sept autres médecins n’avait qu’un objectif : faire taire le corps médical, pour ne pas inquiéter les Chinois à la veille du Nouvel An lunaire.

Il a fallu attendre le 20 janvier pour que les autorités reconnaissent ce que les scientifiques murmuraient depuis plus de trois semaines : le nouveau coronavirus se propage entre humains. Entre-temps, le 10 janvier, le docteur Li a d’ailleurs présenté les premiers symptômes de la maladie, avant de devoir être hospitalisé le 12. Forcées de reconnaître leur erreur, les autorités ont, le 28 janvier, réhabilité ces médecins qui ont eu le tort d’avoir raison trop tôt.

Les médias officiels qui, jusqu’au 24 janvier, ont minoré l’épidémie, mettent désormais les bouchées doubles pour souligner la mobilisation générale – et notamment celle du Parti communiste – dans cette « guerre contre le démon »,selon Xi Jinping. Mais il est trop tard, trois semaines et des centaines de vies ont déjà été perdues, et les Chinois ne cachent plus leur colère.

La suite ici :Le docteur Li Wenliang, martyr du coronavirus qui ébranle le système chinois

9.02.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.