Le doute


doute

L’argent qui circule abondamment se coagule dans les hauteurs d’une pyramide qui a remplacé celle de la lutte des classes. Et certains, qui doutent toujours, s’accrochent à de vieux modèles pour dénoncer l’asservissement du vivant au capital.


Bien à l’abri dans notre laboratoire d’utopies où nous concoctons nos produits imaginaires non rentables, nous, président directeur généreux d’un magasin qui ne vend rien, sommes parfois et même souvent envahi par le doute. C’est que la quête du sens à ce qui n’en a pas produit de vertigineux abimes. Mais, fort heureusement, nous nous reconnectons alors, chères consommatrices, chers consommateurs, à la réalité de notre société et tout devient limpide. Nous sommes à deux doigts d’une pensée unique et, avec soulagement, nous allumons notre poste de télévision ou partons folâtrer dans les nouvelles cités universitaires envahies par les chaines internationales de magasins de fringues et autres fanfreluches dont la fabrication bon marché permet à quelques peuples sous-développés des salaires de survie.

Et nous ne doutons plus, ce qui est enfin confortable.


La suite ici : Le doute

15.04.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.