Le marché du pétrole se noie dans sa propre production




La chute brutale de la demande mondiale transforme le stockage des hydrocarbures en problème urgent. Le point de rupture approchant beaucoup plus vite qu’envisagé, le marasme actuel est peut-être le moment idéal pour accélérer la transition vers un futur énergétique moins fossile.


La guerre entamée entre l’Arabie saoudite et la Russie associée à l’émergence de la pandémie de Covid-19 auront peut-être la peau d’un marché du pétrole que l’on savait déjà mal en point.

L’Agence internationale de l’énergie estime que la contraction de la demande au niveau mondial pourrait atteindre 20%. Bloomberg rapporte que l’un des enjeux les plus pressants pour les producteurs est le stockage de leurs hydrocarbures, dont le cours a chuté à son plus bas niveau depuis dix-sept ans.

L’offre dépasse à ce point les besoins que les réservoirs viennent à manquer sur la terre ferme et qu’il est fait appel à des supertankers, immobilisés par la paralysie globale, pour accueillir une partie du surplus.

Malgré cette extension navale, les capacités de stockage seront dépassées d’ici deux à trois mois. Le problème est encore plus criant pour les entreprises dont les exploitations n’ont aucun accès à la mer ou à un quelconque pipeline.

La suite ici :Le marché du pétrole se noie dans sa propre production

2.04.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.