Le nouveau désordre pétrolier mondial




La chute du prix du baril, avec la crise due au coronavirus, met fin à une chimère, qui consistait à faire coexister un système concurrentiel féroce (gaz de Schiste américaine) avec une logique de cartel et d’oligopole (l’alliance OPEP+).


Le marché pétrolier semble actuellement hors de contrôle. En un mois, la demande a baissé de près d’un tiers. Cette situation inédite est évidemment liée au confinement de plus de la moitié de la population mondiale. Les transports et l’industrie sont à l’arrêt et créent une crise de surabondance.

Les producteurs continuent à pomper, à la fois parce qu’arrêter un puits est coûteux et parce qu’ils cherchent à préserver leurs parts de marché,tout en ne sachant plus comment stocker l’or noir. Résultat : le prix du baril américain est passé temporairement en territoire négatif, sous 0 dollar. Le brent, référence au niveau mondial, lui, est tombé à 20 dollars ces derniers jours, contre 70 dollars début janvier.

On aurait tort de penser que cette situation est temporaire et que la normalisation est pour demain. Début mars, alors que l’Europe basculait dans la crise sanitaire, la rupture de l’alliance entre la Russie et le cartel de l’OPEP mené par l’Arabie saoudite a conduit à une guerre des prix irresponsable, qui a amplifié les déséquilibres entre l’offre et la demande.

La suite ici :Le nouveau désordre pétrolier mondial

25.04.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.