Le piége idéologique 





Quelles que puissent être leurs limites, les décisions basées sur la raison sont préférables à celles qui se fondent sur une idéologie, car leur mise en œuvre peut s’adapter à des changements de situation ou à des faits nouveaux. Par contre, celles qui reposent sur des principes rigides risquent d’être totalement inadaptées à la réalité.



Alors qu’il n’y a pas d’urgence, le président Trump a déclaré l’état d’urgence pour construire son « mur » à la frontière avec le Mexique, une promesse qu’il avait faite à ses partisans lors de sa campagne électorale en 2016. C’est là un exemple supplémentaire de la tension persistante, et dangereuse, entre raison et idéologie dans la vie politique.

L’Histoire offre de multiples exemples des conséquences désastreuses de choix purement idéologiques qui font abstraction de la réalité. Ainsi, ne croyant pas que la science pourrait satisfaire le peuple allemand, mais que l’Allemagne devait élargir son espace vital, Hitler a instrumentalisé le mythe de la suprématie des Teutons pour justifier son entreprise. A la tête d’un autre régime fondé sur une idéologie, Staline l’a emporté sur les nazis, précisément parce qu’il a renoncé aux impératifs dogmatiques pour mener sa guerre en fonction d’objectifs rationnels reposant sur son propre intérêt.

Aux USA, Trump n’est pas le premier président à choisir la foi plutôt que la raison. Comme lui, le président George W. Bush considérait que sa présidence relevait d’un plan divin, au point de considérer les guerres qu’il a lancées en Afghanistan et en Irak comme des « croisades ».

La suite ici :https://www.project-syndicate.org/commentary/trump-national-emergency-like-brexit-catalonia-by-shlomo-ben-ami-2019-02/french

24.02.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.