Le populisme, entre stratégie et idéologie politique





« Le populisme n’est ni bon ni mauvais, ni positif ni négatif. C’est un discours qui est souvent associé à l’extrême droite, alors qu’en réalité le populisme s’adapte à l’idéologie mobilisée par l’orateur. Il existe ainsi des populismes d’extrême gauche, de gauche, de droite, et d’extrême droite »



Le populisme est-il réellement une menace pour la démocratie ? C’est la question que se pose depuis plusieurs années Jérôme Jamin. Ce docteur en science politique à l’ULiège est spécialiste des concepts de populisme, nationalisme et d’extrême droite.

Quand il est en accord avec la démocratie, le populisme dénonce un déficit de la représentation du peuple, et représente un appel radical à davantage de démocratie. Mais le populisme peut aussi être soupçonné de démagogie, proposer une vision caricaturale du monde.

 « On retrouve dans ce discours l’opposition du peuple, homogène ou diversifié, face à une élite, économique ou culturelle. Deux catégories qui varient selon l’idéologie du leader populiste ». Celui-ci se présente toujours comme une personne « du peuple », qui lutte contre l’establishment. Un personnage qui a toujours existé aux USA.

La suite ici : Le populisme, entre stratégie et idéologie politique

9.03.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.