Président de la République ou manager à KFC: le pouvoir rend-il fou?


le pouvoir

Les sujets sous l’influence du pouvoir agissent comme s’ils avaient subi un traumatisme cérébral : ils sont impulsifs, et surtout, peu aptes à se mettre à la place des autres, à adopter leur point de vue.


Tant qu’il y aura des hommes ». Vous vous souvenez, c’est ce film dans lequel Deborah Kerr et Burt Lancaster nous ont fait rêvé.

Dans le film, le sergent Milton Warden – le personnage de Burt Lancaster – ne souhaite pas accéder au grade de capitaine : plus de pouvoir l’amènerait forcément sur un terrain qui ne lui ressemble pas, à l’image du peu sympathique Capitaine Holmes.

Nous on se dit tous : « Si, vas-y justement, toi tu seras un bon. » Mais c’est sans compter sur la manière qu’a le pouvoir de pervertir même les plus blanches colombes.

En fait voilà, en plus d’avoir fait rêver (baver) pas mal de monde, le mec avait déjà compris le paradoxe du pouvoir.
La suite ici : Président de la République ou manager à KFC : le pouvoir rend-il fou ?

24.06.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.