Le rapport gouvernemental sur l’impact d’un « no deal » révélé sous la pression






Le document prévoit « des protestations et contre-protestations », « un risque de troubles publics et de tensions communautaires » ainsi que des pénuries de nourriture et de médicaments.




Comme il y était contraint par un vote du Parlement, le gouvernement a publié mercredi soir un dossier officiel qui présente, selon Downing Street, « le pire scénario » de l’impact économique et social d’un Brexit sans accord. Ce scénario est envisagé par Boris Johnson, qui s’est engagé à sortir son pays « coûte que coûte » de l’UE le 31 octobre, même si le Parlement a voté une loi l’obligeant à demander à l’UE un report de trois mois pour éviter un « no deal ».

Le document, intitulé « Operation Yellowhammer » (Opération bruant jaune), prévoit notamment « des protestations et contre-protestations », « un risque de troubles publics et de tensions communautaires ».

Jusqu’à 85 % des poids lourds britanniques pourraient ne pas être en mesure de répondre aux critères des contrôles douaniers français, entraînant une baisse de « 40 à 60 % du niveau actuel » de circulation. Ces perturbations pourraient durer trois mois et « avoir un impact sur l’approvisionnement en médicaments et matériel médical », ainsi qu’en produits frais.

La suite ici : Ce que contient le rapport gouvernemental sur l’impact d’un « no deal » révélé sous la pression

13.09.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.