Le revers électoral des républicains en Alabama, un « triple désastre » pour Trump


Alabama

Pour Corentin Sellin, professeur d’histoire spécialiste des États-Unis, la victoire du candidat démocrate en Alabama constitue une « surprise majeure ». « Difficile de faire des pronostics, mais ce qui est certain, c’est que se termine à l’intérieur du camp républicain  l’intouchabilité de Trump dont le président bénéficiait depuis le début de sa campagne, en 2015, où il avait pris la main sur le parti et semblait intouchable quoi qu’il fasse. »


Le président états-unien, Donald Trump, a essuyé une défaite politique majeure, mardi 12 décembre, dans l’État sudiste de l’Alabama, où le candidat qu’il soutenait a été battu par un démocrate, un exploit dans ce bastion conservateur. Doug Jones a battu l’ancien magistrat ultraconservateur Roy Moore à l’issue d’une âpre campagne qui a captivé l’Amérique et va priver le Parti républicain, au pouvoir d’un précieux siège à la chambre haute du Congrès. Selon des résultats portant sur la totalité des bureaux de vote, Doug Jones a obtenu 49,9 % des voix, contre 48,4 % pour Roy Moore. Éléments d’analyse avec Corentin Sellin, professeur d’histoire spécialiste des États-Unis.

C’est vraiment une surprise majeure à l’échelle de l’histoire politique et électorale des États-Unis. Certaines personnes feront une comparaison avec l’élection sénatoriale qui avait eu lieu il y a sept ans au Massachusetts sous Obama et qui avait été perdue par les démocrates, mais c’est ici un événement encore plus marquant, car en Alabama, pas un sénateur démocrate n’avait été élu depuis vingt-cinq ans (1992), et l’Alabama n’a pas voté pour un président démocrate depuis 1976.

Pour Trump, c’est un triple désastre. D’une part, il survient dans un État qui avait voté massivement pour lui en 2016 – avec 27 points d’avance sur Hillary Clinton – et qui est peuplé d’une de ses bases électorales les plus solides, les Blancs évangéliques (pouvant représenter jusqu’à la moitié de l’électorat en Alabama). Trump a été incapable de faire élire le candidat de son choix, et cela à deux reprises, puisqu’aux primaires, il avait choisi de soutenir un candidat qui avait été sèchement écarté par Roy Moore.


La suite ici : Le revers électoral des républicains en Alabama, un « triple désastre » pour Trump

14.12.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.