Le vrai pouvoir, le seul qui compte : celui des nouveaux monarques




Les patrons des Gafam sont des monarques qui détiennent quasiment le droit de vie et de mort sur leurs sujets abonnés et utilisateurs… alors même qu’ils ne sont soumis à strictement aucun contrôle démocratique. À quand la mise en place de contre-pouvoirs ?


Les actions d’Apple, d’Amazon, d’Alphabet, de Microsoft et de Facebook – qui sont également les 5 capitalisations les plus importantes des États-Unis d’Amérique – ont grimpé de l’ordre de 40 % cette année, tandis que toutes les autres actions dites « traditionnelles », représentées par l’indice S&P 500, ont baissé de 6% sur cette même période.

Voilà plus de 70 ans qu’une telle concentration des pouvoirs et des influences n’était survenue car, à elles seules, ces 5 sociétés constituent 20% de l’ensemble du marché boursier américain qui est, comme on le sait, gigantesque !

C’est simple : l’action d’Apple a plus que doublé en valeur et en 22 semaines, cette société étant désormais riche de 2 trillions (2.000 milliards) de dollars. C’est donc un transfert de richesses faramineux, phénoménal, qui s’opère sous nos yeux, évidemment au détriment de l’économie traditionnelle. Mais pas seulement.

En effet, ce serait faire preuve de négligence coupable que de considérer le pouvoir de ces entreprises et de leurs fondateurs sous le simple angle de la fortune financière. Certes, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, fait-il aujourd’hui partie du club hyper exclusif des riches à 100 milliards, et certes est-il classé comme le troisième homme le plus fortuné des USA. Cependant, un personnage comme Mark Zuckerberg symbolise en même temps une menace et une capacité de nuisance potentielles dépassant très nettement ce que sa fortune – aussi massive fût-elle – peut lui offrir.

La suite ici : Le vrai pouvoir, le seul qui compte : celui des nouveaux monarques

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.