Les Américains et les inégalités




Les ravages du Covid-19 aux États-Unis font resurgir trois questions politiques centrales liées les unes aux autres : celle du « big government», celle des inégalités et celle de l’Etat social.  Les américains demeurent dans l’ensemble idéologiquement anti-égalitaristes.  Invités à classer par ordre de préférence les items d’une liste de priorités possibles du gouvernement fédéral, l’item « réduire les inégalités » n’arrive chez eux qu’en cinquième position


La situation oblige le pouvoir central à répondre aux exigences de solidarité nationale et donc à accroître la dimension sociale de l’action étatique. Or, une étude approfondie du Pew Research Center, parue le 9 janvier dernier, c’est-à-dire avant même que le coronavirus ne se soit répandu aux Etats-Unis, et consacrée aux attitudes des Américains à l’égard des inégalités, montrait à la fois que ces questions étaient saillantes dans l’opinion publique américaine et qu’elles étaient du point de vue politique particulièrement clivantes. Il ne fait pas de doute qu’elles figureront parmi les thèmes centraux de la prochaine campagne présidentielle. Il est donc intéressant de se pencher sur les résultats de cette enquête.

Ce qui ressort d’abord de cette enquête est le fossé profond qui sépare les sympathisants républicains et démocrates sur la question des inégalités et, du coup, sur leur traitement, renvoyant à deux sous-cultures qui portent des visions très différences des relations entre les individus et la société.

Une majorité d’Américains (61%) estiment qu’il y a trop d’inégalités aux États-Unis. Ils sont 78% chez les démocrates et 41% chez les républicains. Interrogés sur les principales causes des inégalités, les réponses des uns et des autres divergent fortement (tableau 1). Les républicains privilégient nettement parmi les causes des inégalités les choix de vie effectués par les individus et le fait que certains travaillent plus dur que d’autres. Ils mettent également en cause le nombre croissant d’immigrants légaux. Les démocrates de leur côté citent nettement plus souvent les discriminations ethniques, l’insuffisante régulation des grandes entreprises, l’inégalité des chances et la fiscalité et, avec une différence moins marquée, le système scolaire. Chez les premiers, les responsables des inégalités sont donc d’abord les individus eux-mêmes, chez les seconds, ce sont l’Etat et la société.

La suite ici :Les Américains et les inégalités

27.04.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.