Les assemblées citoyennes en Irlande





Trois assemblées citoyennes tirées au sort ont fait de l’Irlande un laboratoire exceptionnel pour la démocratie délibérative – entraînant des révisions constitutionnelles majeures : la légalisation du mariage homosexuel et de l’avortement. Comment expliquer ce processus d’une portée inédite ?



Le XXIe siècle voit la montée en puissance de l’impératif délibératif, et cela n’est jamais aussi clair que dans le cas de la République d’Irlande. Trois assemblées citoyennes tirées au sort ont récemment fait de l’Irlande un laboratoire exceptionnel pour l’expérimentation démocratique qui s’institutionnalise progressivement et s’articule à l’outil référendaire pour provoquer des révisions constitutionnelles majeures : la légalisation du mariage homosexuel et de l’avortement. Comment expliquer ce processus d’une portée inédite au niveau mondial? Il faut tout d’abord comprendre le contexte global et la généalogie de ces transformations.

Alors que les institutions du gouvernement représentatif héritées des révolutions du XVIIIe siècle se trouvent confrontées à une crise de légitimité particulièrement violente [2], la soif d’une «démocratie réelle» semble augmenter chez les citoyens [3]. Parmi les nouveaux objets de l’expérimentation démocratique, le tirage au sort figure comme une des pistes potentielles les plus prometteuses. La sélection aléatoire des délibérants et représentants, en usage à Athènes, dans les Républiques italiennes de la Renaissance puis dans la Couronne d’Aragon, semble faire son grand retour en politique depuis la seconde moitié du XXe siècle [4].

La suite ici : Les assemblées citoyennes en Irlande – Tirage au sort, référendum et constitution

8.03.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.