Les éditorialistes flamands tirent à boulets rouges sur la N-VA


flamands

 

 

Les éditorialistes flamands ne se contentent pas de décréter la mort du gouvernement, ils sont aussi remarquablement sévères à l’égard de la N-VA. Le parti est « l’ombre de lui-même » et « risque de devenir un parti d’extrême droite comme un autre », écrit Jan Segers dans Het Laatste Nieuws.

 


« Le gouvernement est raide mort. Il ne reste plus qu’à établir le décès et organiser les funérailles », résume Liesbeth Van Impe dans Het Nieuwsblad. Pour elle, il n’y aura bientôt plus de « retour en arrière » pour la N-VA, le plus grand parti du gouvernement. « Pendant quinze ans, le parti a pu occuper une position unique entre le centre et l’extrême droite, entre parti au pouvoir et parti fouettard. Par sa campagne, la N-VA a clairement fait comprendre que l’électeur d’extrême droite lui est plus cher que l’électeur du centre « , conclut-elle. « La N-VA espère peut-être que ces dernières années l’électeur du centre penche se soit radicalisé, et c’est peut-être le cas. Mais la panique autour de la campagne montre clairement que l’équilibre est en péril. »

Selon Bart Eeckhout du Morgen, le fait que la campagne sur les réseaux sociaux ait été retirée n’a pas beaucoup d’importance. « Elle a d’abord été ardemment défendue et distribuée par les porte-parole du parti. Cela montre qu’une partie importante de la direction du parti est prête à s’engager dans une lutte politique à coup de mensonges et de contrevérités. Quitte à se servir d’images stigmatisantes, effrayantes et xénophobes. Eeckhout s’étonne qu' »au premier revers électoral », la direction de la N-VA panique et se fourvoie en une plate imitation de l’extrême droite ». Il évoque un « gros coup de poker ». Le parti est-il certain de ne pas commettre l’erreur qui lui a coûté de nombreux votes le 14 octobre : faire le lit du VB ?

La suite ici : Les éditorialistes flamands tirent à boulets rouges sur la N-VA

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.