Les enfants bruxellois sont aussi pauvres que les Lituaniens









Dans une comparaison européenne, la Flandre se positionne dans le groupe des pays les plus performants, avec une faible proportion d’enfants déprivés (comme dans les pays nordiques), la Wallonie occupe une position intermédiaire (similaire à celle de la Croatie, de Malte, de la Pologne et du Royaume-Uni) tandis que la Région de Bruxelles-Capitale se caractérise par des formes très sévères de déprivation des enfants (proche de celle de l’Espagne, de l’Italie ou de la Lituanie).




Pour mesurer la pauvreté des enfants, on peut tenir compte des revenus des ménages dans lesquels ils sont nés et grandissent. Mais qu’est-ce que cela signifie dans le vécu quotidien des enfants ? Pour approcher de plus près cette réalité, des chercheurs ont développé au niveau européen un indicateur qui mesure les difficultés quotidiennes des enfants : la déprivation.

L’indicateur de déprivation, développé au niveau européen, approche de plus près les conditions de vie réelles des enfants. Il est basé sur l’accès à un ensemble de 17 critères considérés comme essentiels : l’enfant mange-t-il des fruits et des légumes chaque jour ? Vit-il dans un logement correctement chauffé ? Peut-il participer à des excursions et fêtes scolaires ? Invite-t-il parfois des amis à la maison ? Part-il au moins une semaine par an en vacances ? etc. On considère qu’un enfant est en situation de déprivation lorsqu’il est privé d’au moins trois de ces 17 items.

La situation plus grave en Belgique que dans les pays voisins

En Belgique, le taux d’enfants déprivés est d’environ 15%. Un taux similaire à celui de la France, mais supérieur à celui des autres pays voisins. La déprivation présente un caractère plus sévère dans notre pays : quand on prend un seuil plus élevé (par exemple quatre ou cinq critères), l’écart se creuse avec les pays les plus proches (Allemagne, Pays-Bas, Luxembourg).

Cette moyenne belge recouvre également de fortes disparités régionales : le taux d’enfants privés d’au moins trois items est de 29% à Bruxelles, 22% en Wallonie et 8% en Flandre.

La suite ici  : Les enfants bruxellois sont aussi pauvres que les Lituaniens

17.10.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.