Les gauches européennes en plein marasme






Les socialistes ne devraient progresser qu’en Espagne et au Danemark. Ailleurs c’est le recul, au mieux la stagnation.



La gauche française, éparpillée façon puzzle, devrait péniblement cumuler une quinzaine d’eurodéputés à l’issue du scrutin de dimanche. Dans le reste de l’Europe, l’heure n’est pas plus au triomphalisme. Selon les dernières estimations, le groupe social-démocrate (S & D) au Parlement s’apprête à perdre une quarantaine de sièges à Strasbourg. Et ni la gauche radicale ni les écologistes, dont les groupes vont rester stables, ne devraient profiter des recompositions imposées par la montée des populistes.

Dans ce sombre panorama,l’Espagne de Pedro Sánchez représente une des seules lueurs d’espoir. Après être sorti en tête des législatives anticipées de fin avril, le PSOE devrait désormais également arriver en première position le 26 mai, pour envoyer dix-sept représentants au Parlement européen (soit trois de plus qu’en 2014). Le Parti populaire espagnol (droite) est, lui, crédité de dix eurodéputés. Allié de Sánchez, Podemos devrait obtenir deux sièges et quatre points de plus qu’au dernier scrutin européen. Derrière la victoire du PSOE – s’annonçant complexe -, plusieurs facteurs : le bilan social positif du gouvernement minoritaire que Sánchez a dirigé pendant un an après une décennie de pouvoir conservateur, le durcissement de la ligne du parti, plus à gauche, et la collaboration avec Podemos. Pour Sánchez, cette combinaison envoie un message«clair à l’Europe et au monde : on peut vaincre la réaction, l’autoritarisme et la régression».

La suite icihttps://www.liberation.fr/planete/2019/05/19/les-gauches-europeennes-en-plein-marasme_1728170

21.05.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.