Les illusions de la croissance américaine 



 





 

Environ 49 % des Américains estiment que la situation économique s’améliore, 50 % des citoyens considérant au contraire qu’elle se dégrade ou n’évolue pas. Dans l’ensemble, seul 31 % sont satisfaits de la manière dont le pays est dirigé, pour 67 % d’insatisfaits.




 

 

La politique nationale aux États-Unis est devenue l’esclave d’indicateurs macroéconomiques sans véritable lien avec le bien-être réel. Pour de nombreux commentateurs, le taux de croissance ponctuel de 3,2 % observé au premier trimestre 2019, accompagné d’une baisse du taux chômage jusqu’à 3,6 % au mois d’avril, suffirait à prouver la bonne marche des politiques économiques du président Donald Trump, et serait pour certains synonyme par conséquent de meilleures chances de réélection.

Or, cette interprétation passe à la trappe ce que ces indicateurs ne parviennent pas à mesurer. Cette composante non mesurée constitue pourtant ce qui compte le plus pour l’opinion publique.

Or, nous devrions nous méfier de ces vérités qui « vont de soi ». D’après le dernier sondage Gallup, 40 % des citoyens approuvent les réductions d’impôts de 2017, que désapprouvent 49 % d’Américains – une évaluation négative nette confirmée par plusieurs autres sondagesrécents. Le public raisonne en effet au-delà d’une simple augmentation ponctuelle de son pouvoir d’achat, s’inquiétant davantage du creusement des inégalités de revenus et de richesse, ainsi que d’un déficit budgétaire en pleine explosion. En suivant le raisonnement de Barro lui-même (via Ricardo), les citoyens présument probablement que de futures hausses d’impôts sont à prévoir.

La suite ici  : Les illusions de la croissance américaine | by Jeffrey D. Sachs

16.05.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.