Les nouveaux autoritaires – portraits des nouveaux « hommes forts »








En présentant les portraits de 19 de ces « nouveaux autoritaires » – Bolsonaro, Kaczynski, Modi, Netayahou, Salvini, Trump, Duterte, Erdogan, Kagame, Khamenei, Maduro, Orban, Assad, MbZ et MbS, Kim Jong-un, Poutine, Sissi, Xi Jinping – nous faisons apparaître des traits caractéristiques de l’air de notre temps : Ils illustrent […] la prévalence d’un nouveau type de dirigeants politiques emblématiques de notre époque : les « hommes forts », qui exercent un pouvoir personnel en écartant le plus possible tout contrepoids à leur autorité.




Ces personnages viennent d’horizons très différents : les uns se conforment au rôle de dictateurs assumés (Poutine ou Xi, mais aussi Sissi en Egypte, Mohamed ben Salman en Arabie saoudite, Mohamed Ben Zayed pour les Emirats arabes unis), d’autres sont des dirigeants populistes opérant dans des démocraties anciennes et fortes (le cas le plus frappant étant Donald Trump bien sûr), d’autres encore, également souvent qualifiés de populistes, dirigent des démocraties en voie de régression (Erdogan, Orban, Bolsonaro, Modi pour la Turquie, la Hongrie, le Brésil et l’Inde).

À des degrés évidemment divers, les nouveaux autoritaires partagent un logiciel antilibéral qui transcende les différences de régimes. Et aussi une boîte à outil antilibérale, où l’on retrouve – encore une fois dans des proportions variables – le nationalisme, la kleptocratie, le dédain pour l’état de droit, la personnalisation du pouvoir qui prétend incarner le peuple, la mise à l’écart des corps intermédiaires etc.

Ce sont des personnages modernes en ce sens que les « vrais autoritaires » ont rafraîchi leur modèle (respect de certaines formes de la démocratie en Russie, adoption du capitalisme en Chine) tandis que les « populistes » glissant vers l’autoritarisme ne contestent pas la démocratie mais, dans un étonnant renversement, se prétendent plus démocrates que les autres en se voulant les représentants du peuple contre le « système » (ou les « élites »).

La suite ici : Les nouveaux autoritaires – portraits des nouveaux « hommes forts »

15.11.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.