Les objets connectés sujets d’un grand délire


connectés

 

 

 

On hésite à aborder ce monde des objets connectés tant il est annoncé allant être merveilleux. Les promesses liées aux innovations technologiques pleuvent, le marketing des objets et des services du futur devançant leur lancement… et la sanction des utilisateurs.

 


Lamartine a fait plancher des générations de collégiens en s’interrogeant sur l’âme des objets inanimés. À défaut d’âme, les objets connectés s’annoncent comme le prolongement naturel de la vente en ligne, au service de transactions dont ils permettront la commande plus ou moins automatisée. Car, on s’en doutait, leur but principal est commercial. Les projections de leur parc dans un futur proche donnent le tournis, il est question de 24 milliards d’entre eux d’ici 2020, donnant à ce nouveau monde toute la respectabilité due à un énorme marché naissant. Encore un de ces chiffres invérifiable calculé sur le dos d’une enveloppe qui permet toutefois d’appréhender le caractère massif du phénomène et l’importance des changements de comportement qui peuvent en être attendu.

Un tel développement fulgurant pose immédiatement la question de la sécurité des communications générées par ces objets d’un nouveau genre, ainsi que celles de leur utilisation. Elle est reconnue comme étant un point faible, accentué par le foisonnement des protocoles et de développements engagés dans la hâte afin de bénéficier de la prime au premier arrivant sur le marché. La Blockchain est bien entendu appelée à la rescousse, avec comme objectif de garantir l’intégrité des données transmises par les objets connectés, ou même entre ceux-ci. Le monde de demain ne peut être décrit que parfait.

Que l’on en juge, la borne de recharge des véhicules électriques facturera la consommation, mais elle fournira aussi des données sur l’utilisation du véhicule à une société de leasing, une compagnie d’assurance et un gestionnaire de parking. D’une manière générale, les données transmises par les objets connectés devront permettre de détecter les fraudes lorsqu’il y a transaction. La traçabilité des utilisateurs est appelée à un grand avenir.

La suite ici :https://décodages.com/2018/09/29/les-objets-connectes-sujets-dun-grand-delire/

1.10.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.