Les obsessions identitaires sont les poisons de nos sociétés démocratiques









Les agitateurs à la petite semaine, les forbans des débats télévisés, les esprits chagrins obsédés par cette vaste plaisanterie qu’on nomme grand remplacement, les éditorialistes qui voient des femmes voilées partout et en appellent à la sauvegarde de la République sont de dangereux trublions qui macèrent dans leur médiocrité fielleuse et flattent tout ce qu’il peut y avoir de mesquin, de bas, de vil chez l’être humain.




Voilà ce qui arrive quand on laisse la parole publique proliférer, lorsque jour après jour dans une sorte d’hystérie collective on fustige des comportements dont on ose prétendre qu’ils sont autant de crachats lancés au visage de la République. Un jour, un sinistre individu s’estimant dans son bon droit, s’en va attaquer une mosquée et canarder tout ce qui bouge. De la haine à l’état pur avec assez de déréliction dans le passage à l’acte pour qu’on s’interroge sur sa santé mentale.

Pourtant, nul besoin d’avoir assimilé les fondements de la psychanalyse pour savoir que de tels comportements sont toujours le fruit d’une idéologie qui tend à désigner une frange de la population comme responsable de tous les malheurs de la nation. On pointe du doigt, on accuse, on met en exergue et à la fin on récolte ce qu’on a semé: la violence à l’état brut, la propagation de comportements délétères, la libération de la parole qui se répand comme un venin à travers toutes les couches de la société et s’autorise des dérapages qui hier encore seraient apparus aux yeux de tous comme des atteintes à la concorde nationale.

Hier c’était les juifs qui propageaient le chaos et s’engraissaient sur le dos des braves gens, aujourd’hui ce sont les musulmans qui, quartier après quartier, coloniseraient la République pour mieux l’asservir à ses visées religieuses. Foutaises, admirables foutaises. À entendre certains, on dirait que se forment à l’entrée des mosquées de longues files de citoyens désabusés qui, Coran à la main, viendraient se convertir en masse à la religion musulmane. Le grand remplacement! La République aux abois! L’Assemblée nationale aux mains des imams! Le voile comme instrument de domination! Et la tour Eiffel transformée en minaret.

La suite ici : Les obsessions identitaires sont les poisons de nos sociétés démocratiques

31.10.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.