Les partis et l’illusion de l’ouverture





Nen jetez plus, les partis annoncent des candidats d’ouverture à tours de bras. MR, PS, CDH, ECOLO tous communiquent à tout rompre sur l’ouverture de leurs listes à des candidats non partisans, enfin qui étaient jusqu’ici non partisan. Il ne faut pas avoir fait Science Po pour comprendre que c’est une tentative de réponse à la crise de confiance qui règne aujourd’hui entre les citoyens et les partis. Un tentative de limiter l’endogamie du milieu politique.



Les partis ont toujours plus ou moins recruté des candidats dans la société civile. Ce n’est pas nouveau et heureusement les listes ne sont pas constituées que d’apparatchik. Il faudrait une étude approfondie du profil des candidats sur les 20 dernières années pour affirmer qu’il y en a plus aujourd’hui. Ce qui est certain par contre c’est que les partis communiquent beaucoup autour de leurs prises de guerre et de leur ouverture à l’extérieur.

Defi a présenté François de Smet, ancien monsieur migration de Myria. Le MR sort Michel De Maegd, journaliste RTL. Le PS avance Delphine Chabbert, de la ligue des famille. Ecolo recrute Anouk Van Gestel, hébergeuse de migrants. Le PTB présente Françoise De Smedt, ancienne travailleuse en milieu hospitalier. Chacun dans son style.

Chaque engagement est évidemment respectable d’un point de vue individuel. Certains journalistes font ou ont fait des très bons députés, d’autres ont échoué. Par contre ça commence à faire beaucoup. Surtout si on prend en compte les journalistes qui travaillent aujourd’hui au sein des partis comme communicants ou collaborateurs. Cela révèle un entre-soi, une reproduction des élites qui ne va pas améliorer la confiance des citoyens dans les partis et dans les médias.

La suite ici : Les partis et l’illusion de l’ouverture

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.