« Les politiciens luttent contre les pauvres, pas contre la pauvreté »





Colère et incompréhension. Ce pamphlet sur la honte de la pauvreté est un livret court et véhément. Les auteurs flamands Jos Geysels et Erik Vlaminck ne prennent pas de gants: ils tapent fort, ils tapent large. « Plus les gens se fâchent, plus on aime ça. »





Ce livre explique comment notre pays a sombré dans la pauvreté. Ne vous attendez pas à une lecture rassurante. Si la politique de lutte contre la pauvreté des dernières décennies ne provoquait pas déjà en vous des bouffées de rage – quel que soit le parti qui en avait la charge, elle s’est révélée presque à chaque fois un échec – cette énumération claire de chiffres vertigineux va finir de vous achever. Sans exagération, certains appellent ce livre « Le J’Accuse… ! d’aujourd’hui ».

Et puis il y a aussi une authentique incompréhension qui reste après la lecture de ce livre. Comment est-ce possible que certaines mesures – qui ont prouvé leur efficacité dans la lutte contre la pauvreté- ne soient pas utilisées, au seulement à moitié. « Un manque de volonté politique », selon les auteurs.

Cela s’applique plus que jamais à l’accord de coalition du gouvernement Jambon. Avec des experts de la pauvreté, Geysels et Vlaminck ont cherché sans succès un quelconque début d’objectif dans la lutte contre la pauvreté dans cet accord. « C’est une rupture avec le passé », dit Geysels . Avant les objectifs européens, fédéraux ou flamands de lutte contre la pauvreté se retrouvaient régulièrement dans les accords de coalition. Le relèvement du seuil de pauvreté européen était ainsi un objectif permanent. Non pas que ces objectifs aient été atteints, ceci dit. Le gouvernement de Charles Michel (MR) n’a ainsi pas réussi à augmenter les prestations les plus faibles au-dessus du seuil de pauvreté européen. Tout comme le gouvernement d’Elio Di Rupo (PS) avant lui. Et malgré la promesse de l’ancienne ministre flamande Liesbeth Homans (N-VA) de réduire de moitié la pauvreté des enfants en Flandre –  » comptez sur moi sur ce coup-là » – elle a en réalité doublé au cours des dix dernières années.

La suite ici : « Les politiciens luttent contre les pauvres, pas contre la pauvreté »

18.11.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.