Brexit : et maintenant ?


rejet

 

 

Questionnés sans relâche ces derniers jours, les ministres ou l’entourage de Theresa May n’ont rien voulu ou pu trahir d’un quelconque plan alternatif, laissant l’impression générale… qu’il n’y en a pas. Ce qui d’ailleurs constitue le discours inflexible de la Première ministre, laquelle assure qu’il n’y a qu’une alternative à son accord : un Brexit sans accord.

 

 


Poser des hypothèses de scénarios dans la saga du Brexit est devenu l’exercice le plus risqué et le plus aléatoire qu’on ait jamais connu en prospective politique. A la plupart des questions sur ce que réservera le lendemain, les experts, les observateurs avisés et même les acteurs de la politique britannique ont coutume de répondre ces derniers jours « No one knows »  : personne ne sait… On essaiera quand même de tracer la tournure possible des événements après le vote de ce mardi aux Communes, dont un seul élément paraît sûr à 99,9 %, c’est que l’accord négocié par Theresa May avec l’UE sera rejeté.

De nombreux observateurs considèrent que le différentiel en voix dans le vote de l’accord de retrait sera déterminant. En clair : étant donné que le nombre de députés ayant voté contre le texte dépasse de 200 ceux qui ont voté en faveur de l’accord, le texte semble mort, car Theresa May n’a quasiment aucune chance de renverser pareille majorité lors d’un second scrutin. Si le différentiel n’avait été que de 100, Theresa May aurait pu avoir l’espoir de pouvoir renverser la vapeur : soit avec un accord légèrement renégocié avec l’UE, soit tout simplement en jouant sur la crainte que suscite la perspective d’un Brexit brutal, synonyme de catastrophe économique et humaine.

La suite icihttps://plus.lesoir.be/200555/article/2019-01-15/second-vote-nouvelles-negociations-les-scenarios-en-cas-de-rejet-de-laccord-sur

16.01.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.