L’extrême droite américaine lorgne sur l’Europe, mais peine à y étendre son influence





À ce jour, le projet de Bannon peine à se concrétiser. Son « Mouvement » ne compte que quatre partenaires officiels : La Ligue de Matteo Salvini, les Frères d’Italie de Giorgia Meloni, une petite formation nationaliste italienne héritière des néofascistes du MSI (4 % des voix aux derniers élections), le Mouvement pour les changements au Monténégro, un petit parti participant à la principale coalition d’opposition locale, et le minuscule Parti populaire belge, classé aussi à l’extrême-droite 



Les ambitions étaient élevées, nourries par l’optimisme — certains diraient la mégalomanie — d’un homme qui semblait incarner l’air du temps politique. Cet homme, Steve Bannon, a orchestré le plus grand choc de l’histoire politique américaine, en conseillant Donald Trump au moment de sa conquête de la Maison blanche. Avec l’aide de Bannon, le magnat de l’immobilier et héritier de la fortune de son père s’est transformé en populiste aguerri, électrisant les foules avec sa rhétorique souverainiste et anti-élite.

Il y a un an, Bannon a dévoilé son nouveau projet : la conquête de l’Europe. Pour le co-fondateur de Breitbart News – un site web d’extrême droite qui surfe sur des titres choquants et attire parfois plus de lecteurs mensuels que le Washington Post – le plan est tout sauf modeste : tisser des liens entre les nombreux partis de droite populiste sur le Vieux Continent, les faire converger au sein d’une alliance nommée « Le mouvement », et les faire peser dans les élections européennes de mai 2019. Les candidats et organisations intéressées doivent bénéficier d’une aide stratégique : des enquêtes d’opinion, de l’analyse de données et du conseil politique général — tout cela fourni par un des plus grands esprits politiques du siècle. « Le cœur battant du projet mondialiste est à Bruxelles, martelait Bannon dans une interview publiée en novembre dernier. Si j’arrive à enfoncer un pieu dans le vampire, tout va commencer à disparaitre. »

La suite ici  : L’extrême droite américaine lorgne sur l’Europe, mais peine à y étendre son influence

4.03.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.