L’extrême droite déboule au Parlement andalou


andalou

 

L’Espagne n’est donc plus une exception européenne, un pays où l’extrême droite n’a aucune représentation parlementaire. Ce dimanche 2 décembre, les élections au Parlement d’Andalousie ont consacré l’entrée fracassante de Vox, crédité de 10,97% des suffrages et de douze sièges. Une première pour cette petite formation, qui n’avait rassemblé que 0,46% des votes en mars 2015, et un résultat inédit pour un parti d’extrême droite en Espagne depuis la fin du franquisme.

 

 


Le scrutin andalou avait valeur de test après une année agitée, qui a vu le 1er juin la chute du gouvernement de Mariano Rajoy, chef du Parti populaire (PP), remplacé par le socialiste Pedro Sánchez (PSOE). Il constituait une sorte de prise de température avant le cycle électoral de mai 2019, où se tiendront simultanément des élections municipales, autonomiques et européennes.

Le succès de Vox doit beaucoup, d’abord, à la loupe qui a été placée sur lui ces dernières semaines. Sa (sur)médiatisation a débuté le 7 octobre, lors d’un meeting organisé près de Madrid, qui a réuni 10.000 personnes –une affluence record pour un parti d’extrême droite depuis la mort du dictateur Franco. «Alerta ultra», titrait alors le quotidien El Periódico de Catalunya, avisant d’une possible «transformation du paysage politique».

Pour Vox, tout s’est ensuite rapidement enchaîné. Aux interviews dans les médias mainstream se sont succédés les sondages favorables. «L’extrême droite va-t-elle entrer au parlement andalou?», se demandait-on. L’émergence de Vox est devenue un sujet de campagne. À droite, Ciudadanos et surtout le Parti populaire ont commencé à craindre une fuite de leur électorat le plus conservateur, comme celui le plus déçu. Pour freiner l’exode, les deux formations ont durci leurs lignes et leurs discours.

Le risque était qu’à l’inverse, cette mécanique ne renforce la légitimité de Vox –comme en France, lorsque la droitisation de l’UMP a contribué à «normaliser» les thèses du Front national.

La suite ici : L’extrême droite déboule au Parlement andalou

4.12.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.