Libérer Schengen, pour rétablir la liberté de ciculer en Europe




Les frontières ont été fermées de manière chaotique au sein de l’UE lorsque l’Europe est devenue l’épicentre de la pandémie. Les Etats membres doivent maintenant coopérer avec la Commission pour rétablir la liberté de circulation


Abattre les frontières au sein de ce qui est devenu, en 1995, l’espace Schengen et regroupe aujourd’hui vingt-six Etats de l’Union européenne, a pris plusieurs années. Les rétablir, unilatéralement et dans le plus grand désordre lorsque le Covid-19 s’est attaqué à l’Europe, n’a pris que quelques jours. Les ouvrir à nouveau s’avère d’une grande complexité ; c’est cependant un défi que les Etats européens se doivent de relever le plus rapidement possible, et de manière coordonnée.

Avec le marché unique, l’espace Schengen, qui consacre la liberté de circulation des biens et des personnes, est la réalisation la plus visible de l’intégration européenne. Les deux ont été mis à mal pendant la phase la plus aiguë de la pandémie ; mais, si le marché unique a recouvré son intégrité, l’espace Schengen, lui, est toujours entravé par de multiples restrictions.

L’article 28 du code Schengen autorise les Etats membres à fermer leurs frontières en cas de « menace grave », après en avoir notifié la Commission. La liberté de circulation avait déjà été sérieusement malmenée pendant la crise migratoire, en 2015 et 2016. Le coronavirus a, lui, carrément semé le chaos, suscitant un réflexe quasi naturel parmi de nombreux gouvernements, celui de mettre leur population à l’abri derrière les frontières nationales.

La suite ici :Libérer Schengen, pour rétablir la liberté de ciculer en Europe

23.05.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.