L’inquiétant retour de l’extrême droite en ex-Allemagne de l’Est






L’ex-RDA est confrontée à une double menace: la montée dans les urnes de l’extrême droite, couplée aux risques d’attentats fomentés par des groupes militants néonazis.  Pour Jean-Yves Camus »L’analyse de ce qui s’est passé à Halle doit conduire, trente ans après la réunification des deux Allemagne, à des questionnements politiques. Notamment sur la place prépondérante de l’ex-RDA dans la géographie de la droite radicale ».





En Allemagne, la réunification ne va toutefois pas sans mal, et le soudain passage à une économie libérale déstabilise encore un peu plus les régions de l’Est, déjà très fragiles. Trois décennies après, les Länder de l’ex-RDA accusent encore un retard important sur leurs voisins de l’Ouest: le chômage y est toujours deux fois plus important que dans le reste du pays, tandis que la compétitivité des entreprises est inférieure d’environ 25% et les revenus des ménages de 20%.

Par manque de dynamisme économique, la zone fait également fuir plus qu’elle n’attire: les locaux migrent à l’Ouest et le nombre d’étranger·es y est bien plus faible que dans le reste du pays, aggravant encore les difficultés créées par la faible natalité allemande.

Ces difficultés économiques sont notamment à l’origine d’un important vote contestataire. L’extrême gauche y réalise ainsi ses plus hauts scores du pays, tout comme l’extrême droite. Mais c’est bien cette dernière qui semble prendre le pas. L’Alternative für Deutschland (AfD) a enregistré une forte poussée aux dernières élections régionales: +17,8% en Saxe (pour atteindre les 27,5%), +11,3% dans le Brandebourg (23,5%) et +12,8% en Thuringe (23,4%).

La suite ici : L’inquiétant retour de l’extrême droite en ex-Allemagne de l’Est

13.11.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.