L’irruption de l’extrême droite rebat les cartes en Espagne


Vox

 

Le parti d’extrême droite Vox,  a déjà bouleversé le paysage politique en Espagne avec une poignée de députés dans un parlement régional. Les stratèges politiques spéculent déjà sur une réédition de ce pacte des droites pour prendre le contrôle de nouvelles régions et mairies après les élections régionales et municipales du 26 mai, voire au niveau national après les prochaines législatives.

 

 


Dans un pays où l’extrême droite était quasi inexistante depuis la mort du dictateur Franco en 1975, Vox a créé un séisme politique en décembre, en obtenant 11% des suffrages et 12 élus sur 109 dans cette région méridionale. Tandis qu’il négociait son appui au PP, ses propositions ont fait les gros titres de la presse: fin de l’autonomie des régions, suppression de la loi sur les violences sexistes, expulsions massives d’immigrés clandestins…

L’accord finalement conclu ne reprend pas les plus controversées, mais intègre le soutien aux traditions comme la tauromachie et la promotion d’une « immigration respectueuse de notre culture occidentale ». « Vox est le principal bénéficiaire du pacte », affirme à l’AFP Xavier Casals, historien spécialiste de l’extrême droite. « Ils ont réussi à être connus de tout le monde » et « la mise en scène a été celle d’un accord d’égal à égal ».

Les stratèges politiques spéculent déjà sur une réédition de ce pacte des droites pour prendre le contrôle de nouvelles régions et mairies après les élections régionales et municipales du 26 mai, voire au niveau national après les prochaines législatives. « Bien sûr qu’il est rééditable, tant que les Espagnols nous donneront ce mandat », a assuré lundi le président du PP, Pablo Casado. Il rêve de « mener une alliance de partis qui croient en la Constitution, le libre-échange, la propriété privée, la sécurité, la nation ».

La suite ici : L’irruption de l’extrême droite rebat les cartes en Espagne

17.01.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.