Lutte fratricide dans les coulisses du web


coulisses du web

Que se passera-t-il à l’avenir, si les acteurs qui défendent la libre circulation des contenus et la neutralité des contenants ne participent plus aux discussions du W3C ? Le web sans doute deviendra moins permissif et peut-être aussi plus « légal » mais plus cher également, moins universel, plus inégalitaire peut-être, et moins fluide de toute façon, moins horizontal.


Qui connaît le W3C ? Cet organe, qui décide ce qui peut être fait ou non sur le web, comment, et dans quelle mesure, traverse une crise sans précédent. La raison ? L’implémentation des DRM au sein des standards du web, bien loin de l’esprit des pionniers d’Internet.

Et si, demain, vous ne pouviez plus cliquer sur tel ou tel lien hypertexte sans payer ? Le web ne ressemblerait plus alors à une toile, mais à une juxtaposition de jardins murés… Fiction ? Pas forcément. Cette question est l’une de celles qui se posent après la décision du W3C (World Wide Web Consortium), organe méconnu mais essentiel de la gouvernance du web, d’intégrer des DRM (Digital Right Management, ou système de gestion des droits numériques) dans les standards du web, malgré l’opposition de l’Electronic Frontier Foundation (EFF), l’une des institutions les plus représentatives de l’esprit des pionniers d’Internet. Décryptage d’une controverse, en apparence technique, dont l’issue concernera tous les utilisateurs du web sans exception.


La suite ici : Lutte fratricide dans les coulisses du web

3.12.17

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.