M, le maudit chatbot (ou, de l’impossibilité de l’automation complète au lendemain de l’échec de l’assistant virtuel de Facebook)


maudit chatbot

« Sous le capitalisme, l’automation complète, l’introduction de robots sur grande échelle sont impossibles car elles impliqueraient la disparition de l’économie de marché, de l’argent, du capital et des profits. »


L’année 2018 commence fort chez Zuckerberg. Facebook a décidé de mettre fin à l’expérience de son assistant virtuel, M. Par rapport aux autres chatbots sur le marché, M avait une particularité : il ne cachait pas la présence d’humains derrière les rideaux de l’automation, pour ainsi dire. Facebook allait jusqu’à intégrer cet attribut dans ses arguments de vente. M était présenté comme une intelligence artificielle « mue par des humains » (human powered).

Il s’agissait d’un logiciel qui envoyait des messages via l’application Messenger, initialement disponible pour un nombre limité d’usagers-testeurs (10 000 résidents de San Francisco) qui l’utilisaient surtout pour des opérations commerciales. La plupart des tâches réalisées par le chatbot nécessitaient de personnes pour assister, entraîner, vérifier ses réponses — et parfois se faire carrément passer pour M. D’où la suspicion que son nom ne soit pas un clin d’œil à l’assistant de James Bond, miss Moneypenny, mais une référence assez claire au “micro-travail”…

La suite ici : M, le maudit chatbot (ou, de l’impossibilité de l’automation complète au lendemain de l’échec de l’assistant virtuel de Facebook) | Antonio A. Casilli

14.01.18

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.