Midterms : le président perd presque toujours, mais pas forcément sa majorité


midterms

 

 

 

Si les précédents scrutins montrent très souvent un recul du parti au pouvoir, il ne perd pas toujours le contrôle du Congrès.

 

 


Dans l’histoire récente de la politique américaine, seuls les républicains de George W. Bush n’ont pas perdu cette élection, en… 2002. Soit à peine plus d’un an après les attentats du 11-Septembre. Avant cela, il faut remonter à 1934, au plus fort de la Grande Dépression, pour que les démocrates de Franklin D. Roosevelt remportent cette élection de seulement neuf sièges.

Les électeurs américains semblent ne pas vouloir donner trop de pouvoir à leur président même si, finalement, depuis cinquante ans, la majorité n’a été perdue que par trois présidents. Lors des élections de mi-mandat de 2006, George W. Bush a perdu la majorité à la Chambre des représentants ; il l’avait depuis son arrivée en 2000 (et même sous Clinton, depuis 1995). Aux élections de 1994 et 2010, les présidents démocrates Bill Clinton puis Barack Obama ont connu le même sort. Ce dernier a même passé six de ses huit ans de mandat avec une Chambre à majorité républicaine.

La suite ici : Midterms : le président perd presque toujours, mais pas forcément sa majorité

4.11.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.