Les Millennials vivent une crise existentielle, et ce n’est pas pour rien


Millennials

« Vingt ans, le bel âge… » chantait Barbara. L’âge des opportunités, de l’aventure, de l’amour, avant… les prêts hypothécaires, les impôts, le mariage, les enfants. Sauf que la vingtaine est devenue l’âge de nombreuses inquiétudes : l’emploi, le chômage, les relations, la dette, la propriété… Autant de pressions et d’insécurités qui conduisent aux déceptions, à la solitude, et à la dépression.


Cette crise a été théorisée comme la « quarterlife crisis » (littéralement « crise du quart de vie ») au début des années 2000 par Alexandra Robbins et Abby Wilner dans un livre éponyme. Cette remise en cause générale (à l’image de la « crise de la quarantaine ») intervient à la fin de la vingtaine et au début de la trentaine. Elle commence donc à toucher les « Millennials », c’est-à-dire ceux nés à la fin des années 1980 et qui ont grandi avec internet (on parle aussi des « digital natives » ou de la « génération Y »).

La suite ici : Les Millennials vivent une crise existentielle, et ce n’est pas pour rien – L’Obs

22.08.16

Istacep

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.