Adam Tooze. «Nous habitons un monde économique sur lequel plane le présage d’une apocalypse différée»


habitons

 

Dans «Crashed», son dernier essai, consacré à la crise de 2008, l’historien explique que nous avons échappé à «une fin du monde en termes économiques». Rétrospectivement, nous savons que ce choc a pu être maîtrisé mais globalisation, révolution technologique et Anthropocène annoncent une nouvelle ère de ruptures et de transformations.

 

 


Le choc de 2008 a été la plus dangereuse crise du capitalisme que le monde ait jamais connue dans son histoire économique. Les semaines suivantes, il est paru possible que les systèmes bancaires américain et européen s’écroulent dans leur entier, emportant ceux de la Corée du Sud, probablement de la Russie, ainsi que d’une majeure partie de l’Europe de l’Est.

Rétrospectivement, nous savons que ce choc a pu être maîtrisé. Nous vivons aussi dans un monde qui n’a pas connu la pleine étendue dramatique de cette crise. Ces deux éléments sont désormais constitutifs de notre réalité. Notre situation est à jamais définie par le fait que nous ayons affronté la fin du monde en termes économiques et trouvé les moyens d’y survivre.

La crise de 2008 n’était pas celle prévue par les experts.

La crise qui était anticipée avant 2008 était tacitement ou explicitement géopolitique. Les experts américains avaient imaginé une crise liée à la dette publique, aux relations intergouvernementales et à l’émergence de la Chine : une vente massive par l’Etat chinois de bons du Trésor américain. Cette crise n’est jamais advenue.

Ce à quoi nous avons été confrontés fut un effondrement du système bancaire que les marchés étaient censés réguler en couvrant les produits dérivés. Nous nous sommes laissés surprendre par une crise, certes, classique mais la plus importante du capitalisme financier.

La suite ici : http://www.liberation.fr/debats/2018/09/13/adam-tooze-nous-habitons-un-monde-economique-sur-lequel-plane-le-presage-d-une-apocalypse-differee_1678498

19.09.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.