Montée des eaux: l’effrayant impact du réchauffement climatique si rien ne change


montée des eaux

Plus on retardera la réduction des émissions non seulement de gaz carbonique mais de l’ensemble des gaz à effet de serre et plus les prévisions de montée des eaux à long terme sont importantes. Dans le meilleur des cas, on resterait au-dessous du mètre en 2300.  Mais les auteurs de l’étude préviennent : on verra un accroissement de 20 centimètres pour chaque délai de cinq années dans la réduction des émissions après 2020.


Le niveau des mers est en train de monter et ce phénomène est lié au changement climatique d’origine humaine. Ce constat, s’il est un point commun de la quasi totalité des études publiées ces dernières années, devient beaucoup plus diversifié en fonction des scénarios étudiés. Difficile en effet de mesurer l’impact d’un réchauffement dont il est difficile d’évaluer l’étendue possible et ses conséquences sur les différentes calottes glaciaires.

Prenons un cas extrême : si toute la glace du Groenland fondait, le niveau global des océans monterait de 7 mètres. S’il s’agissait des glaciers de l’ouest de l’Antarctique, les plus vulnérables, la montée serait située entre 3 et 5 mètres. Quelle proportion de ces deux masses de glace viendra-t-elle alimenter les mers du globe ? Les études divergent, mais la plupart semblent répondre « plus que prévu » par les scénarios de référence.

Les scénarios en question, ce sont ceux mis en avant par le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Selon le cas le plus optimiste, avec un ralentissement suffisant des émissions de gaz à effet de serre, on assisterait à une élévation allant jusqu’à 0,55m à la fin du siècle. A l’inverse, si l’on n’arrive pas à maîtriser ces pollutions, le niveau marin pourrait augmenter de 0,82m.


La suite ici  : Montée des eaux : l’effrayant impact du réchauffement climatique si rien ne change

10.03.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.